Les subventions ordinaires de recherche du CRSH

5 Jan

Le programme de recherche du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) «Subventions ordinaires de recherche» qui s’adressait au chercheur individuel a cessé d’être offert en 2012 pour devenir le programme de « Subventions Savoir ». À l’aide de l’outil de recherche d’octroi du Conseil, nous retraçons ici l’évolution du programme de subventions ordinaires de recherche (programme 410) de 1998 à 2011, soit 14 ans.

En 1998, le programme représentait environ 32M$ soit 35% de l’enveloppe budgétaire du CRSH (voir graphe 2). En 2011, il ne représentait plus que 21% du budget, soit environ 71M$. En fait, le montant a plafonné en 2006 à 83M$ pour diminuer les années suivantes (voir graphe 1). Entre 1998 et 2006, le montant disponible pour le programme avait par contre plus que doublé, ce qui laisse penser que le montant des subventions a peut-être été bonifié au cours de cette période.

 

image

 

image

 

Malheureusement, ce n’est pas le cas. On observe en effet une diminution des montants alloués par subvention. Le montant médian par subvention en 2000 était de près de 59K$, il a augmenté à 82K$ en 2004 pour diminuer à 66K$ en 2011 (voir graphe 3). En dollars constants, le montant de 59K$ en 2000 représentait 74k$ en 2011. Donc, techniquement, la valeur moyenne des subventions était moins élevée en 2011 qu’en 2000. Quant au nombre de projets financés, il est passé de près de 640 en 2000 à environ 1000 en 2005 pour stagner par la suite. Donc, plus de projets subventionnés, mais moins d’argent par projet.

 

Graphique 3 : Distribution des montants des subventions ordinaires de recherche du CRSH

image

 

Situation du Québec

Lorsqu’on regarde les statistiques du programme de subvention ordinaire de recherche distribué par province, la première chose qui saute aux yeux est la diminution de la part du Québec au fil des années. Dans les années 90, les chercheurs québécois obtenaient une part enviable des subventions, avec près du tiers du budget du programme. Cette part a toutefois fondu, notamment au profit de l’Ontario. En 2011, la part du Québec n’était plus que de 28,4% comparativement à 41,8% pour l’Ontario. Le graphique 4 montre l’évolution et l’écart qui se creuse entre le Québec et l’Ontario en dollars et le graphique 5 en part de budget.

 

image

 

image

 

1 Les données proviennent de l’outil de recherche d’octroi du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *